Author Archives: daniverp

Les bonnes (?) résolutions de 2020

Tout d’abord, bonne année et bonne santé !

Que le meilleur vous advienne et surtout : Profitez des bons moments de la vie au quotidien au moment où ils sont là !!!
Il y en a des tas aussi 🙂

Quid de nos bonnes résolutions?

Cette année, comme les autres, bon nombre d’entre nous sont décidés !! Déterminés a enfin aller vers un chemin positif.
Non, on ne nous y prendra plus, Nous allons tenir nos bonnes résolutions, C’est certain !!!

Pour certains ce sera faire plus de sport, d’autres arrêter ou diminuer la cigarette, l’alcool, l’excès d’internet, de chocolat, d’achats compulsifs ou autres mauvaises habitudes.
Pour d’autres ce sera achever une tâche commencée,… mais jamais terminée.
1001 action sont envisagées chaque année et… reportées dès le 7 janvier ou le 18, à l’année suivante.

Les bonnes vielles habitudes seront alors revenues. On reste bien en terrain connu, en zone de confort, même si celle-ci ne nous plaît plus.

Mais pourquoi ça ne marche pas?

Plusieurs raisons sont à y voir. Cela tient notamment aux mots que nous utilisons : « je vais TENIR mes RESOLUTION »

  • « TENIR » : je sais que je vais souffrir avec cela, mais je serrerai les dents jusqu’au moment où la douleur sera trop grande. Je veux tenir, comme si je savais en moi que c’est ce que je veux mais pas ce que je désire.
  • « RESOLUTION » est du même acabit. Je suis résolu à TENIR ! Résolution, du verbe résoudre. Résoudre un PROBLEME. Le symptôme que je vis est vu comme un problème, pas comme un signal. Si comme moi, à l’école, tu n’aimais pas les problèmes, alors on est déjà mal embarqués.

On veut supprimer le problème sans tenir compte de son origine. Ce serait comme si nous voulions résoudre un problème mathématique sans en avoir les données.

En voulant supprimer le symptôme, on en oublie de regarder le signal, l’origine. On oublie d’écouter la part de nous qui souffre à l’intérieur.

Oui, tout cela manque de douceur et de connaissance de soi !

On ne s’intéresse en effet pas assez la genèse de nos mauvaises habitudes. Celles-ci ne sont que des conséquences d’anciens traumatismes probables ;

  • si je fume c’est souvent car il y a une trop grande angoisse en moi. D’où vient elle?
  • si j’ai besoin de chocolat en excès, cela peut-être lié à une vieille tristesse pas encore entendue. Laquelle? Comment l’entendre?
  • si je reporte sans cesse mes projets, c’est sans doute qu’une part de moi estime qu’il y a danger à avancer. Pourquoi?
  • si je joue sans cesse à l’ordinateur, cela pourrait-être parce que je crains le contact réel. Pourquoi?
  • Si je ne fais pas assez d’activité physique, c’est sans doute que je ne respecte pas assez mon corps ou ma santé. Pourquoi?

Lorsqu’on se force à changer le symptôme, sans avoir changé les fondements (les causes ou les origines du problème), C’est comme si on repeignait une voiture dont le moteur est « cassé, KO, bout du rouleau » !
Ca ne résout rien, mais ça parait joli… un certain temps.

Alors que faire pour tenir ses (ré)solutions?

Et si nous envisagions le nouvel an comme le fait d’aller vers une (ré)solution choisie? Et si on regardait nos défauts avec un peu plus de douceur ? Et si on arrivait à choisir d’aller mieux profondément, plutôt que se forcer à aller mieux en apparence?

Et si nous allions voir en profondeur ce qu’il se passe en nous pour enfin nous débarrasser du problème définitivement !!!!

Arrêtons de vouloir TENIR nos RESOLUTIONS à court terme et choisissons d’aller vers les SOLUTIONS durables !!
On réussi rarement une réVolution (souvent violente), mais on a toutes les chances d’atteindre ses objectifs en choisissant une éVolution réfléchie et tenant compte du passé.

Et les solutions se trouvent souvent dans les méandres de notre passé, parfois lointain. Ces angoisses, tristesses, peurs qui nous hantent inconsciemment et qui nous font agir contre le bon sens, ne cherchent que ceci : être entendues, accueillies, comprises, aimées.

Pour cela on peut utiliser l’EFT ou l’IFS (que je pratique) selon qu’il s’agisse de traumas simples ou complexes. D’autres techniques de psychologie énergétique fonctionnent aussi très bien !

Ces techniques permettent de prendre conscience de l’origine du problème, puis de libérer les vieilles empreintes traumatiques et ainsi les comportements délétères qui y étaient liés.

Prendre RDV ou suivre une formation

Tu peux prendre RDV avec moi pour une thérapie en individuel (à mon cabinet ou par webcam) .

La prochaine formation à l’EFT aura lieu dès le 31 janvier à Andenne. Les autres dates ici.

Pour plus de renseignements sur ces méthodes, clique ici.

Suis-moi sur Facebook !   

Rem : Ces techniques thérapeutiques ne se substituent aucunement à une vie saine ni au respect des recommandations médicales de votre médecin. Elles sont un complément indispensable à la psychologie et la médecine et elles aident au mieux vivre général.

Déprime saisonnière : Et si on arrivait à danser sous la pluie?

Bien vivre, même si c’est la saison de la déprime… Parait-il !

Ca y est !!! C’est la même rengaine qui repart.  Les heures de jour diminuent, la pluie arrive en cascade, le vent se rafraîchit et les journées se font grises et BLABLABLA…
La morosité guette !!!

Et ces fêtes qui rebutent de plus en plus de personnes (j’en ai l’impression) n’arrangent pas cette affaire…

 C’est tous les ans la même chose !!!

Les symptômes sont en général un manque d’énergie, une augmentation du temps de sommeil, de la somnolence durant la journée, une tristesse continue, souvent plus marquée le soir, une hypersensibilité au froid, des fringales fréquentes…

Je comprends que le manque de lumière nous influence et nous carence notamment en Vitamine D. Je conçois aussi que notre corps a été « fait » pour être mieux en journée. Donc le besoin de plus de sommeil me semble logique.

Le problème est connu et récurrent, alors…. pourquoi déprime-t-on dès les premiers symptômes de rafraîchissement, alors que les carences n’ont pas encore commencé (surtout après un été aussi ensoleillé !!!) ? Comment se fait-il que nous continuions à nous en plaindre? Comment se fait-il que nous ne nous préparions pas mieux à cela?

 Il y a une cause sociétale : c’est devenu une habitude !!! Se plaindre du temps est un sport national. Quand on ne sait pas quoi dire, on parle du temps. En général pour s’en plaindre.

Or, comme tu le sais peut-être, nous devenons ce que nous pensons. Plus nous voyons en gris, plus nous devenons gris. Gris foncé, souvent.

La première chose à faire est de changer de pensées !

Commence à accepter que les choses sont telles qu’elles sont (faire le deuil de l’été) et commence à changer ton regard sur les choses.

Comment ? En répondant honnêtement à ces questions :

Le temps est-il si pourri que ça ? La pluie a-t-elle si souvent été présente depuis quelques jours? Est-ce que le gris c’est si moche ? Ne pourrais-je pas profiter du peu de soleil pour sortir ? Ne pourrais-je pas accepter que pour avoir une nature verte aux bonnes saisons, j’ai besoin que la pluie soit abondante aux mauvaises ? Ne pourrais-je alors pas imaginer la nature verte à la bonne saison ? Qui a décidé que cette saison est moche ? Pourrais-je éveiller mes yeux à la beauté de cette saison ? Pourrais-je changer ma manière de répondre à la sinistrose ambiante ? Le temps est-il si mauvais qu’on le dit ? Pleut-il tant que ça en Belgique ?

Si tu réponds honnêtement à ces questions, tu pourras peut-être apprendre à sourire de tes croyances négatives. Premier pas !

La 2ème chose c’est d’agir !

La nature reste là même s’il fait froid. L’air frais fait du bien aussi ! Alors, que faire ?

Sortir te promener, même s’il fait froid. Parler avec une personne qui aime ce temps et… t’enrichir de cela. Changer ta manière de répondre aux sempiternels commentaires négatifs sur la météo belge. Prévoir les vêtements adéquats en permanence.

ET aussi faire du Tapping EFT  (Emotional Freedom Techniques – Techniques de libération  des émotions) pour te préparer aux changements de temps ! Ca marche et ça va vite !

Je peux t’apprendre cela en séance individuelle.

Si les symptômes persistent, il y a une 3ème chose à faire…

ET si nous apprenions à danser sous la pluie?

Cette période de l’année peut aussi cacher des choses moins banales. La » chute de la sève » plus des souvenirs traumatisants (conscients ou inconscients), peuvent mener à des déprimes récurrentes.

La perte d’un être cher, d’un animal, le souvenir d’un accident, une séparation… sont des événements qui, même s’ils remontent à la tendre enfance (voir à l’intra-utérin…), peuvent laisser des traces indélébiles au tréfonds de notre cerveau et se réveiller tous les ans à la même période…

Comme un réseau neuronal qui fait mal et tourne en rond avec les mêmes pensées.  Et souvent on ne les entend pas !

Ces traces ne sont pas indélébiles, en fait !

En séance individuelle, avec l’IFS (Internal Familial System – Système familial intérieur), on peut aller écouter cette part de toi qui s’exprime et qui a mal. Je t’apprends alors à l’accueillir et parler avec elle. Elle a juste besoin de toi pour se calmer, guérir et te redonner la joie.

Nous parlons ici de thérapie brève. Venir en thérapie pour cela prendra quelques séances et… finis les blues hivernaux.

Toutefois, impossible de savoir exactement le temps et le nombre de séances. Cela est déterminé par ton passé et les traumas de ta vie.

Pour plus de renseignements ou prendre rendez-vous, clique ici.

mini FB j'aime

Suis-moi sur Facebook !   

Le modèle thérapeutique que j’utilise ne se substitue aucunement à une vie saine ni au respect des recommandations médicales de votre médecin. Elles sont un complément indispensable à la psychologie et la médecine et elles aident au mieux vivre général.

21 juin 2018 à 19h : Conférence gratuite par Daniel Verplaetse

Les 50 places sont réservées !!
Que les personnes déçues ou motivées me contactent pour que je les tienne au courant des prochaines dates ! 🙂

180521 conférence action v3 laïque IFS

  • Comment rentrer consciemment en contact avec tes parts inconscientes?
  • Comment un événement de ton enfance, qui te parait banal, peut-il tant influencer ton présent?
  • Ta famille intérieure peut-elle t’aider?

L’IFS (Système Familial Intérieur) est une technique psychothérapeutique mais aussi une approche totalement nouvelle et originale de notre manière intérieure de fonctionner.
L’IFS te rapproche de toi, de ton MOI PROFOND.

Pour t’expliquer cela, je me baserai sur l’histoire de Lilly, petite fille de 7 ans, qui vit une expérience particulière…

Inscription : actionlaiquethuin@hotmail.com
071/59.46.26 – 0475/98.31.81

Daniel VERPLAETSE

Pour plus de renseignements, clique ici.

Suis-moi sur Facebook !   

Ce modèle thérapeutique ne se substitue aucunement à une vie saine ni au respect des recommandations médicales de votre médecin. Elles sont un complément indispensable à la psychologie et la médecine et elles aident au mieux vivre général.

Salon du Bien-être de Florennes

Le 5 mai 2018 aura lieu le premier salon du Bien-être de Florennes, de 10h à 17h30, à la salle le Passage Oublié (Place Verte, 1 5620 FLORENNES).

Tu y trouveras tout ce qu’il te faut pour ta santé physique, énergétique et psychique. J’y serai présent sur un stand pour te rencontrer 🙂

A 15h30, j’aurai aussi l’honneur, en tant que thérapeute, formateur de présenter ma nouvelle conférence : « Au corps et au cœur des émotions » 🙂 Cette conférence parlera notamment de l’IFS (Système Familial Intérieur) en partant de l’histoire touchante de Lilly… Viens découvrir cela avec nous !

Entrée Gratuite !!!
Plus de renseignements au 0498/56.71.51 (organisatrice)

Au plaisir de t’y rencontrer. Daniel VERPLAETSE

29527504_2108247646056811_1762538966_o

Dans les pages, ci-dessous, tu trouveras tout ce qui concerne le travail que j’effectue avec des groupes de personnes ou en individuel :

Pour me contacter, clique ici.

Suis-moi sur Facebook !    mini FB j'aime

Je désire aussi préciser qu’il est impératif de continuer à visiter régulièrement votre médecin généraliste ou spécialiste et/ou tout autre praticien que vous avez l’habitude de rencontrer (ostéopathe, kinésithérapeute, psychologue, psychiatre, sophrologue…).

Les contrefaçons du bonheur…

bonheur contrefaçonAujourd’hui, nous avons 1000 et même 10 000 façons de vivre le plaisir à tous moments.

Entre les activités incessantes pour les enfants et les adultes, les vacances bien loin plusieurs fois par an pour certains, les jeux électroniques, les achats compulsifs, les parcs d’attraction, les psychotropes (cigarette, alcool,  drogue…), les jeux sensuels de tous ordres accessibles facilement (clubs, internet…), les grosses voitures qui nous font nous sentir puissants, les sauts en parachute et autres sports d’extrême, le choix semble illimité.

Je ne rejette pas tout cela et même j’aime certaines de ces activités que je pratique parfois.  Toutefois, je constate que ce n’est pas ça le bonheur… Juste des plaisirs fugaces. Importants par moments, mais fugaces et… futiles.

Tout cela nous coûte tant en argent, en énergie et… à la nature.

On mange vite, court vite au boulot, il faut travailler vite et fort, on quitte le boulot pour aller vite conduire les enfants à leurs activités,  pour vite rentrer souper et vite faire les devoirs pour vite se mettre devant la TV et ne plus penser. Surtout ne plus penser. Et pourvu qu’on soit vite le weekend pour se reposer. Mais bon, il faudra vite aller faire les courses pour pouvoir faire tout ce qu’on veut faire et vite aller se reposer. Et on redémarre la semaine en vitesse, épuisé de ce WE de course(s).

En général, on travaille plusieurs mois à ce rythme tous les ans pour s’offrir tous ces substituts du bonheur. Certains triment 11 mois par an, en faisant un métier qu’ils n’aiment plus pour pouvoir partir 3 semaines en vacances bien loin de tout et vivre ce qu’ils appellent le bonheur. Ce n’est pas comme ça que je nomme cela.

Parfois, analyser sa vie, prendre du recul permet de changer tout. Ralentir !!!! Faire une sieste régulièrement, méditer, contempler la nature ou les gens. Sa famille ou ses amis. Vivre ce qui est présent. Ça peut sembler être perdre son temps. Certains vont prendre un temps partiel pour faire ce qu’ils aiment faire (marcher, chanter, s’occuper de ses (petits-)enfants, jouer, rire, sourire, regarder le ciel, l’arbre dans le fond du jardin qu’on n’a pas vu grandir). D’autres quitter leur métier pour faire ce qu’ils aiment.

Ce bonheur là est à portée de main, gratuit, non polluant, constant. Dans une poignée de main, une feuille qui tombe d’un arbre, le sourire d’un enfant, un repas, un rire d’un inconnu au loin, l’odeur de l’humus ou de l’ozone juste après l’orage, le son que ton enfant (ou ton compagnon) fait quand il vient dans tes bras, le bruit d’un chat qui ronronne, le son de la pluie qui tombe, le vent qui caresse nos cheveux…

Ça me fait penser à la chanson de Corneille. Ils ont vécu l’horreur et ils vivent :
« …/…On passe le temps à faire des plans pour le lendemain
Pendant que le beau temps passe et nous laisse vide et incertain
On perd trop de temps à suer et s’écorcher les mains
A quoi ça sert si on n’est pas sur de voir demain …/… »
Voir le clip sur youtube.

Ce bonheur, c’est maintenant en écrivant ces lignes pour toi. Pour moi. Pour me rappeler qu’on ne vit qu’une fois. Je réalise que j’aime de plus en plus t’écrire. J’aime de plus en plus écrire pour moi aussi.

Merci de m’avoir lu et… petit défi:
Écris-moi les petites choses qui te font du bien et que tu oublies de regarder.
Ensuite promets-toi de regarder, sentir, humer, déguster, sourire, observer, ressentir, t’émouvoir, accueillir ce qui est…. le plus souvent possible.

En tant que thérapeute en individuel (à mon cabinet ou par webcam) conférencier et formateur en groupe, je suis adepte des thérapies brèves et de la psychologie énergétique.

Ci-dessous, tu trouveras tous les renseignements concernant ma pratique :

Pour plus de renseignements, cliquez ici.

Suivez-moi sur Facebook !    mini FB j'aime

Je désire aussi préciser qu’il est impératif de continuer à visiter régulièrement votre médecin généraliste ou spécialiste et/ou tout autre praticien que vous avez l’habitude de rencontrer (ostéopathe, kinésithérapeute, psychologue, psychiatre, sophrologue…).

.

Suis-je l’amour? Quid de l’autre?

Je décide de partager cette vidéo d’Isabelle PADOVANI, car elle m’a aidé il y a quelques mois. Merci Madame PADOVANI de transmettre avec autant de justesse tous vos messages (REM : La vidéo peut sembler longue, mais après 9 minutes elle devient plus que passionnante. Alors, fais l’effort de laregarder en entier 🙂 ).
A l’époque elle m’a permis de comprendre que JE SUIS L’AMOUR. J’en suis la source, mais je n’y avais pas accès par moi-même. Et je pensais que j’avais besoin d’une autre personne pour avoir accès à cela. C’est faux.
Cet Amour, cette source, existe indépendamment de cette personne. En moi, en toi. L’autre n’est qu’une stratégie pour atteindre ce « courant » d’Amour. Une nouvelle stratégie est alors de développer son amour à soi, pour soi. Alors seulement, je serai en capacité d’en partager et d’en recevoir vraiment.
Comment l’autre pourrait-il d’ailleurs me donner ce que je ne me donne pas à moi-même? 🙂
Je développe cet accès à moi-même chaque jour. Et j’ai le sentiment que j’en ai pour la vie. Ça me réjouit. 🙂 Je suis d’ailleurs en train d’écrire un livre pour expliquer cela (entre autres). J’en reparlerai.
En séance chez moi, je t’apprends aussi à t’approcher de plus en plus de toi. A t’autonomiser.
isabelle padovani

Voir aussi:

Pour plus de renseignements sur ces méthodes, clique ici.  Sois curieux de toi…
Suis-moi su
r Facebook !    mini FB j'aime

Je reçois dans le région de Charleroi, plus précisément à Thuin, entre Binche et Beaumont (tout près d’Anderlues, Lobbes, Montigny-Le-Tilleul, Gerpinnes…).

Remarque : ces techniques thérapeutiques ne se substituent aucunement à une vie saine ni au respect des recommandations médicales de votre médecin. Elles sont un complément indispensable à la psychologie et la médecine et elles aident au mieux vivre général.